Parmi toutes les actions en cours de GK Savar au Bangladesh, découvrez celles que le Comité (CFS) a pu soutenir grâce à vos dons. Consultez les actualités du Bangladesh et retrouvez les informations du Comité et de ses antennes.

test
Comité Français

Rapport du Comité

Le rapport du Comité de novembre 2020 vient de paraître.

Le rapport du Comité de novembre 2020 vient de paraître.

Malgré le confinement, notre petite équipe de bénévoles garde le lien avec GK et suit ses multiples activités qui perdurent dans les domaines de la santé, de l’aide alimentaire, du soutien aux réfugiés rohingyas, des secours aux sinistrés des inondations et de la formation des femmes.

Nous sommes admiratifs de l’énergie déployée par le Dr Zafrullah, fondateur de GK, par le Dr Kadir, coordonnateur de toutes les activités et par toutes les équipes au travail sur le terrain.

La solidarité avec les populations pauvres du monde est plus que jamais à l’ordre du jour.


test
Les urgences

“Cash for food”

2000 familles bénéficiaires de “Cash for food” dans les districts de Gaibandha et Kurigram, au nord du pays.

2000 familles bénéficiaires de “Cash for food” dans les districts de Gaibandha et Kurigram, au nord du pays.

Dans cette région, les plus pauvres des habitants vivent sur les Chars, îles éphémères très isolées sur les fleuves Jamuna et Brahmapoutre. Depuis 2004, GK apporte dans les limites de ses possibilités, des soins de santé et de l’aide à ces populations oubliées.

Plusieurs inondations récentes et la Covid 19 ont entraîné une énorme crise sanitaire et alimentaire. De nombreux habitants ont perdu leur bétail, leurs maisons, en raison de l’érosion ou de la disparition des Chars et ont dû se réfugier sur les berges des fleuves. Ils vivent dans des conditions inhumaines, dans des zones humides qui se transforment petit à petit en bidonvilles.

En octobre 2020, GK a organisé la distribution d’argent plutôt que la distribution de colis, comme l’ONG l’avait déjà fait au printemps dans d’autres régions. Cette solution a été choisie en raison de l’éloignement, du manque d’infrastructures et aussi pour privilégier le commerce local. C’est grâce à l’aide financière de l’ONG Malteser International que GK a pu organiser cette opération de secours.


test
Les urgences

Covid 19

Le Bangladesh a relevé, le 12 novembre 2020, 427 198 cas confirmés de Covid 19 et 6140 personnes décédées.

Le Bangladesh a relevé, le 12 novembre 2020, 427 198 cas confirmés de Covid 19 et 6140 personnes décédées.

GK est toujours très impliqué dans la lutte contre la Covid 19 dans ses hôpitaux à Savar et Dhaka et dans ses 30 centres de santé publique répartis dans le pays auprès des populations très pauvres. Tous les personnels de GK ont rendu un hommage aux travailleurs de santé qui ne ménagent pas leurs efforts depuis le début de la pandémie.

Le Dr Zafrullah, fondateur de GK Savar, se remet petit à petit de la Covid 19 qui l’avait très fortement touché. Il se bat sur tous les fronts pour promouvoir un meilleur système de santé dans le pays. Il a notamment pointé du doigt le gouvernement qui n’a pas approuvé les kits de dépistage d’immunité rapides et bon marché conçus par GK, mais qui a, en revanche, autorisé des importations “à des fins commerciales”.

Grâce à vos dons, le Comité de Soutien a participé financièrement à l’équipement des personnels de santé de GK et à la distribution de colis alimentaires aux familles pauvres et très pauvres suivies par GK.


test
Catastrophes naturelles

Mousson d’été 2020

A la mi-juillet 2020, les inondations dûes à la mousson d’été ont recouvert un tiers du territoire du Bangladesh et se prolongent de façon inhabituelle.

A la mi-juillet 2020, les inondations dûes à la mousson d’été ont recouvert un tiers du territoire du Bangladesh et se prolongent de façon inhabituelle.

Digues et routes détruites, maisons et champs inondés ; dans les districts du nord, 750 villages sont sous les eaux et les régions de basses terres autour de la capitale Dhaka sont aussi dans une situation critique.

Au moins 1,5 million d’habitants sont affectés. Selon les déclarations du directeur du centre de prévision et d’alerte des inondations, “Cela va être la pire inondation en une décennie.”

Mi-août 2020, la mousson se prolonge et près d’un quart du Bangladesh est toujours sous les eaux. Bilan provisoire : 5,4 millions de personnes affectées, 800 000 enfants sans école. En 2050, sous l’effet de la hausse des températures et de la montée des eaux, le pays pourraient avoir perdu 20% de son territoire.


test
Catastrophes naturelles

Cyclone Amphan

les 20 et 21 mai 2020, le cyclone Amphan (se prononce “um-pun”), le plus violent depuis 20 ans dans le golfe du Bengale, a ravagé 26 districts des zones côtières.

les 20 et 21 mai 2020, le cyclone Amphan (se prononce “um-pun”), le plus violent depuis 20 ans dans le golfe du Bengale, a ravagé 26 districts des zones côtières. Il a inondé villes et villages et provoqué d’énormes dégâts sur les infrastructures, les habitations, les cultures, les ressources en eau, les élevages de poissons, le bétail. 176 000 hectares de cultures ont été détruits, selon les estimations du gouvernement. Toutes ces pertes aggravent la situation économique des habitants, déjà mise à mal par le confinement dû au coronavirus. Grâce aux “abris anti-cycloniques” où 2,4 millions de personnes avaient été confinées, les pertes en vies humaines ont été contenues à 26 personnes.

L’intrusion d’eau salée sur les terres aura un impact très grave et durable sur les cultures. Les digues et les routes emportées par la mer doivent être restaurées en urgence afin de permettre aux secours de joindre les populations sinistrées. Les mares de récupération d’eau de pluie doivent être vidées de l’eau salée qui les a rendues impropres à la consommation.

Pourtant, la forêt de mangroves des Sundarbans a, encore une fois, prouvé son rôle de barrière naturelle en atténuant la vitesse du vent et en diminuant l’ampleur du raz-de-marée. “Chaque année les Sundarbans nous protègent” disent les bangladais.


test
Les urgences

Activités de GK

Voici la traduction de la réponse du Docteur Kadir, coordonnateur des activités de GK, à nos interrogations sur la survenue du cyclone Amphan en pleine pandémie de la COVID-19.

Voici la traduction de la réponse du Docteur Kadir, coordonnateur des activités de GK, à nos interrogations sur la survenue du cyclone Amphan en pleine pandémie de la COVID-19.

Chers tous

J’espère que vos proches et vous tous êtes en bonne santé. Ici quelques-uns de nos docteurs de l’hôpital Nagar ont contracté le coronavirus et sont maintenant soignés. Mais tous vont bien.
Les cas positifs et les morts augmentent chaque jour au Bangladesh, ce qui aggrave la panique parmi la population.
Il y a deux semaines, beaucoup d’usines ont rouvert et beaucoup d’ouvriers sont revenus des régions du pays vers Dhaka, sans mesures de protection et maintenant, les ouvriers sont repartis chez eux.
Le gouvernement ne prend pas de position ferme pour le maintien du confinement et les gens, c’est compréhensible, ont besoin de travailler pour gagner de quoi vivre et les usines ont besoin d’ouvrir pour l’économie, mais à quel prix ?

Tous nos centres de santé sont ouverts avec les précautions nécessaires. Le service de dialyse est en pleine activité. Il y a là aussi des risques de contamination. Comme la plupart des hôpitaux sont réticents à procurer ces services ou ne les assurent plus, c’est le mandat de GK de continuer.
Le programme d’assistance alimentaire continue. Ce premier mois, nous avons distribué 15 000 colis alimentaires à 15 000 familles. Notre colis est le plus gros distribué et le plus varié.
Le test rapide mis au point par GK attend toujours d’être approuvé. Nous prenons des dispositions pour une production de masse.

Le cyclone Amphan s’éloigne lentement en laissant beaucoup de dommages et quelques morts. C’est encore une fois les Sundarbans qui sauvent le Bangladesh ! Le choc principal était au Bengale occidental en Inde où il y a eu beaucoup de dégâts et de morts.
Nos équipes qui travaillent dans cette région côtière sont OK, ainsi que les bénéficiaires de nos programmes. Notre unité locale enquête aussi sur les dégâts. Nous verrons quelles mesures prendre dans ces régions sinistrées.

Nous sommes très reconnaissants de votre sollicitude pour GK et pour le Bangladesh. Nous attendons un nouveau soleil pour demain.


test
La santé

Formation de paramédics et sages-femmes

Le Comité français soutient deux nouveaux programmes de formation de paramédics et de sages-femmes traditionnelles (TBA) de juillet 2020 à décembre 2021.

Le Comité français soutient deux nouveaux programmes de formation de paramédics et de sages-femmes traditionnelles (TBA) de juillet 2020 à décembre 2021.

120 jeunes suivent quatre mois de formation en soins de santé primaire. Ces nouveaux paramédics travaillent ensuite, pendant deux ans, sous la supervision directe d’une paramédic senior dans les Centres de santé de GK. Les expériences et problèmes sont partagés le soir avec le médecin superviseur.

Après deux ans, 20 d’entre elles et eux suivent un perfectionnement pendant six mois dans différentes spécialités. Cette professionnalisation permet à beaucoup de jeunes filles, en particulier, d’éviter les mariages précoces et d’acquérir de l’autonomie.

Le deuxième programme concerne les sages-femmes traditionnelles (TBA) habitantes des petits villages qui assurent la majorité des accouchements à domicile dans les campagnes. Ces femmes plus âgées ont déjà une grande expérience, mais GK complète leur formation en anatomie, en mesures d’hygiène, d’assistance aux mères et aux nouveau-nés. 200 TBA suivront des stages de cinq jours et 300 autres bénéficieront d’une journée de perfectionnement. A la fin du stage, chaque TBA reçoit un équipement de base.

GK a fait le choix de s’appuyer sur ces “matrones” qui connaissent parfaitement leurs villages et jouissent d’une autorité “naturelle”, plutôt que d’inciter les mères à se rendre dans les cliniques privées où c’est trop souvent le profit qui préside, ce que l’on constate en particulier avec le recours à la césarienne bien plus fréquent que dans les autres pays.


test
Les urgences

Aide alimentaire

Outre un travail sanitaire et de prévention, GK Savar se mobilise pour apporter une aide alimentaire à des milliers de familles très pauvres. Elles se trouvent sans ressources en raison du confinement rendu obligatoire par la pandémie de coronavirus.

Outre un travail sanitaire et de prévention, GK Savar se mobilise pour apporter une aide alimentaire à des milliers de familles très pauvres. Elles se trouvent sans ressources en raison du confinement rendu obligatoire par la pandémie de coronavirus.

Au Bangladesh, la majorité des travailleurs sont des journaliers payés à la tâche. Ils nourrissent leurs familles avec ce qu’ils ont gagné dans la journée. La situation devient dramatique pour eux, surtout dans les villes.

Fort de son expérience et de son efficacité dans les situations de crise, GK met tous ses moyens en oeuvre pour venir en aide à ces populations.
A Dhaka, l’ONG a déjà fait don de 2000 colis alimentaires à des familles très défavorisées et souhaite poursuivre son action autant qu’elle le pourra.

GK manque de moyens financiers, c’est pourquoi nous faisons appel à votre solidarité pour les soutenir. Ils ont besoin de vos dons.

Voir quelques détails sur la situation sociale au Bangladesh dans la rubrique des “Actualités du Bangladesh”


test
Les urgences

Pandémie de Covid 19

Avril 2020, la situation sociale au Bangladesh est alarmante en raison de la pandémie de Covid 19.

Avril 2020, la situation sociale au Bangladesh est alarmante en raison de la pandémie de Covid 19.

Suite au confinement en Chine, l’industrie manque de matières premières pour les usines textiles et pharmaceutiques, en particulier. Le confinement dans les pays occidentaux a provoqué l’annulation des commandes dans le textile, principal secteur d’exportation et source de revenus pour le Bangladesh (2 milliards de dollars d’annulations par les donneurs d’ordre européens et américains).
Deux millions d’ouvriers/ères sont au chômage à cause de ces annulations.

A l’intérieur du pays, le confinement prive les très nombreux travailleurs journaliers payés à la tâche, tels que petits vendeurs des rues, conducteurs de rickshaws, des seuls moyens de subsistance au jour le jour pour leurs familles.
20 millions de bangladais sont maintenant sans travail et ressources à cause du confinement.

Quelques chiffres venant du Labour Force Survey 2017 :

85,1% des 60,8 millions de salariés ou travailleurs de toutes catégories sont dans le secteur informel.
Parmi ceux-ci : 13,8 millions en ville, 38,6 en zone rurale.
14 millions de travailleurs seulement sur 60,8 millions reçoivent un salaire mensuel.
10 millions sont des journaliers payés à la tâche.
27 millions sont des auto-entrepreneurs (vendeurs ambulants, petites boutiques d’alimentation, de légumes et autres).


test
Comité Français

“les déplacés climatiques”

Le Comité de Soutien à GK Savar organise la projection de deux court-métrages “Les déplacés climatiques”. Elle aura lieu le samedi 26 septembre à 14h30 à la Maison des associations du 15ème arrondissement de Paris. Un débat suivra la projection.

Le Comité de Soutien à GK Savar organise la projection de deux court-métrages “Les déplacés climatiques”. Elle aura lieu le samedi 26 septembre à 14h30 à la Maison des associations du 15ème arrondissement de Paris. Un débat suivra la projection.

L’association “Youth on the Move” a réalisé ces deux films au Bangladesh. Ils seront présentés par Lucie Pélissier, engagée dans cette association dont le but est de faire connaître les phénomènes de migrations environnementales.

Jean Pierre Bécue, président du Comité de Soutien à GK Savar, présentera les actions de l’ONG au Bangladesh et animera les débats.

Règles sanitaires respectées et inscription demandée en raison du nombre de places limitées.


test
Les Rohingyas

Education scolaire pour les enfants Rohingyas

Le gouvernement bangladais s’est engagé, en janvier 2020, à assurer l’éducation scolaire pour les enfants Rohingyas réfugiés, ce qu’il refusait jusqu’à présent. Ces enfants n’ont pas été scolarisés pendant deux ans et demi, depuis leur arrivée dans le pays.

Le gouvernement bangladais s’est engagé, en janvier 2020, à assurer l’éducation scolaire pour les enfants Rohingyas réfugiés, ce qu’il refusait jusqu’à présent. Ces enfants n’ont pas été scolarisés pendant deux ans et demi, depuis leur arrivée dans le pays.

Refuser l’éducation aux enfants les laisse vulnérables à la pauvreté et à l’exploitation. Amnesty International avait alerté, dans ses campagnes, sur le coût sévère que peut représenter une “génération perdue”.

Le projet pilote du gouvernement, en association avec l’Unicef, débute avec 10 000 enfants et doit être étendu à plus d’enfants, incluant les bangladais de la région. Une fomation professionnelle est prévue pour les jeunes après 14 ans.

La communauté internationale doit s’assurer que le gouvernement bangladais dispose des ressources nécessaires pour mener à bien ce projet et doit partager la responsabilité d’éduquer les enfants réfugiés.

Deux stars youtube réputées au Bangladesh ont créé une vidéo avec musique hiphop, en collaboration avec Amnesty International, pour défendre l'éducation des enfants réfugiés.

Bangla Hiphop music à voir

test
Catastrophes naturelles

Changement climatique

Regardez, avec les liens ci-dessous, deux documentaires sur le changement climatique réalisés au Bangladesh par “Youth on the move”. Cette ONG regroupe de jeunes étudiants et professionnels à la recherche de solutions innovantes face au changement climatique.

Regardez, avec les liens ci-dessous, deux documentaires sur le changement climatique réalisés au Bangladesh par “Youth on the move”. Cette ONG regroupe de jeunes étudiants et professionnels à la recherche de solutions innovantes face au changement climatique.

Le Bangladesh est en première ligne face au réchauffement climatique. Il est constitué d’une grande plaine alluviale à 80% en-dessous de 10 mètres d’altitude.

Au nord, les eaux provenant de l’Himalaya inondent le pays chaque année au moment de la mousson. Au sud, la mangrove, barrière naturelle, est en danger en raison de la montée des eaux et de l’exploitation du charbon. La salinisation des eaux détruit les récoltes.

En 2050, 20% du pays pourrait être sous les eaux forçant plus de 15 millions d’habitants à se déplacer.


test
Les Rohingyas

Le génocide des Rohingyas se poursuit

Le 23 janvier 2020, la Cour Internationale de Justice, qui règle les différends entre les états, a ordonné au Myanmar de prendre des mesures d’urgence pour protéger les Rohingyas et prévenir un éventuel génocide à leur encontre.

Le 23 janvier 2020, la Cour Internationale de Justice, qui règle les différends entre les états, a ordonné au Myanmar de prendre des mesures d’urgence pour protéger les Rohingyas et prévenir un éventuel génocide à leur encontre.

Cette décision contraignante a été prise après la demande de la Gambie qui avait saisi la CIJ, suite aux opérations menées par l’armée dans les villages Rohingyas, en ces termes : “Les actes génocidaires commis au cours de ces opérations visaient à détruire les Rohingyas en tant que groupe, en tout ou en partie, par le recours au meurtre de masse, au viol et à d’autres formes de violence sexuelle. “

Le Myanmar doit fournir un rapport à la Cour sur les mesures prises pour exécuter cette ordonnance, dans un délai de quatre mois.

Par ailleurs, la Cour Pénale Internationale, chargée de juger les individus, procède à une enquête sur des crimes contre l’humanité présumés commis au Myanmar contre les Rohingyas.

En avril 2020, pendant la pandémie de Covid 19, l’armée du Myanmar continue, en toute impunité, les attaques contre les populations civiles. Les garde-côtes bangladais ont secouru 400 Rohingyas sur un bateau en perdition après que 80 soient morts de faim et de soif.


test
Antenne Yvelinoise

“Made in Bangladesh”

Rendez-vous au cinéma Pandora d’Achères (78) le mardi 10 mars 2020 à 20h30. La projection de “Made in Bangladesh” sera suivie d’un débat-échange sur le film et la situation au Bangladesh avec Jean Pierre Bécue, président du Comité de Soutien à GK Savar.

Rendez-vous au cinéma Pandora d’Achères (78) le mardi 10 mars 2020 à 20h30. La projection de “Made in Bangladesh” sera suivie d’un débat-échange sur le film et la situation au Bangladesh avec Jean Pierre Bécue, président du Comité de Soutien à GK Savar.

Le film raconte le combat d’une ouvrière du textile pour toutes ses camarades. Face à des conditions de travail de plus en plus dures, elle décide, avec ses collèges, de monter un syndicat, malgré les menaces de la direction et le désaccord de son mari. Ensemble, elles iront jusqu’au bout.

Pour ce film, la réalisatrice bangladaise Rubaiyat Hossain a été inspirée par le drame de l’effondrement du Rana Plaza en 2013 qui avait fait plus de 1100 victimes, dont la majorité étaient des ouvrières du textile. Cet immeuble abritait plusieurs ateliers de confection travaillant pour de grandes marques internationales de vêtements. L’ONG GK avait participé très rapidement aux secours.

En janvier 2019, au Bangladesh, des milliers d’ouvriers du textile se sont mis en grève pour obtenir de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires.


test
La santé

Sida VIH Prévention

A Daulotdia, carrefour de transports routiers, ferroviaires et fluviaux, GK poursuit depuis un an son travail de prévention, dépistage et traitement du Sida VIH et des IST auprès des prostituées, des travailleurs, des étudiants.

A Daulotdia, carrefour de transports routiers, ferroviaires et fluviaux, GK poursuit depuis un an son travail de prévention, dépistage et traitement du Sida VIH et des IST auprès des prostituées, des travailleurs, des étudiants.

Distributions de préservatifs, de livrets de “prise de conscience”, fourniture de tests de dépistage, affichages de posters, réunions de formation, ateliers avec des prostituées, communications individuelles, toutes ces actions de prévention faites par le personnel de GK et les “paires”, anciennes prostituées recrutées et formées, sont gratuites.
Pour compléter ce projet, ainsi que les services de base qu’il assure dans son Centre de santé ouvert à tous, GK prévoit l’organisation de camps spécialisés pour traiter les cas compliqués.

Ce programme, pris en charge par l’Antenne du Cher, bénéficie d’une importante subvention de la Ville de Paris.
A noter qu’il est suspendu depuis le 24 mars 2020 pour cause de confinement Covid 19.


test
La santé

Camps médicaux spécialisés de Naodhar

Dans la région reculée de Sylhet, au nord-est du Bangladesh, GK organise des camps médicaux spécialisés pour les populations délaissées en matière de santé.

Dans la région reculée de Sylhet, au nord-est du Bangladesh, GK organise des camps médicaux spécialisés pour les populations délaissées en matière de santé.

Ces “hôpitaux de campagne” sont organisés en lien avec les responsables locaux et annoncés par affichage. Beaucoup de personnes viennent de zones rurales parfois très éloignées.

Au cours d’une première journée, les patients sont orientés vers différentes consultations et analyses biologiques à moindre coût. Les médicaments sont dispensés immédiatement à prix coûtant. En cas de pathologies plus graves, les patients sont déplacés vers le Centre de santé de GK de Naodhar qui comprend un bloc opératoire de petite chirurgie. Là, 25 spécialistes venus, avec le matériel technique nécessaire, des hôpitaux de GK de Savar et Dhaka pratiquent des opérations de toutes spécialités pendant 2 à 7 jours.

Outre les soins apportés, GK réalise auprès des patients un travail de sensibilisation à l’hygiène, la nutrition, l’assainissement. Cette organisation très rigoureuse permet une couverture de santé à prix accessible aux plus pauvres.

Le CFS soutient ce programme de camps médicaux qui se tiennent huit fois par an autour de Naodhar.


test
Catastrophes naturelles

Cyclone Bulbul

Le cyclone Bulbul a frappé la région des Sundarbans et la côte sud-ouest du Bangladesh le 9 novembre 2019.

Le cyclone Bulbul a frappé la région des Sundarbans et la côte sud-ouest du Bangladesh le 9 novembre 2019.

Quatre personnes ont perdu la vie en raison de chûtes d’arbres dans les districts de Khulna et Patuakhali. Les responsables locaux ont signalé des arbres déracinés empêchant l’accès aux zones côtières les plus touchées, des récoltes et élevages de crevettes inondés, des maisons faites principalement de boue et de tôle détruites.

Deux millions de personnes habitant les villages côtiers ont été évacuées vers des abris anti-cycloniques servant aussi d’écoles, pour certains. Il en existe maintenant plus de 4000 le long de la côte. Les cyclones croissent en intensité avec le changement climatique mais, grâce au système d’alerte porte à porte organisé par les autorités avec de nombreux bénévoles, le nombre des décès a été fortement réduit ces dernières années.

Le cyclone s’est transformé en grosse dépression à mesure qu’il pénétrait à l’intérieur des terres.


test
Antenne du Cher

Chitra et Arjuna

Dans le cadre du Festival des Solidarités 2019, lecture théatralisée de “Chitra et Arjuna” de Rabindranath Tagore, poète écrivain bengali, prix Nobel de littérature 1913.

Dans le cadre du Festival des Solidarités 2019, lecture théatralisée de “Chitra et Arjuna” de Rabindranath Tagore, poète écrivain bengali, prix Nobel de littérature 1913.

Représentations organisées au profit de GK Savar par le Comité de soutien du Cher.
le 16 novembre au Café librairie de Sancerre
le 22 novembre à Bourges
le 8 décembre à Subligny


test
Comité Français

Visite à Paris

Gulam Dulal, directeur exécutif en charge des programmes de GK, nous a rendu visite à Paris mi-novembre, à l’occasion du Congrès 2019 du Secours Populaire Français.

Gulam Dulal, directeur exécutif en charge des programmes de GK, nous a rendu visite à Paris mi-novembre, à l’occasion du Congrès 2019 du Secours Populaire Français.

Il a été pendant de nombreuses années aux côtés du Dr Zafrullah, fondateur de GK Savar et travaille maintenant avec le Dr Kadir, coordinateur dirigeant de l’ONG.

Des rencontres prévues à son intention ont eu lieu avec Emmaüs International (voir photo) et Médecins du Monde.


test
Antenne de Saint-Mathurin

Festival des Solidarités

En Maine-et-Loire, le Festival des Solidarités 2019 aura lieu le mardi 26 novembre à Corné.

En Maine-et-Loire, le Festival des Solidarités 2019 aura lieu le mardi 26 novembre à Corné.

Il est organisé depuis 11 ans par le Comité de soutien à GK Savar de St Mathurin-sur-Loire, en lien avec un Collectif d’associations de Solidarité internationale.

Il propose un spectacle de Conte musical africain pour tous, ainsi que la projection d’un film portant sur des questions de société et suivi d’un débat.


test
Les urgences

Aide d’urgence aux populations sinistrées du nord du pays

Les importantes inondations de juillet 2019 ont submergé les Centres de santé de GK dans les districts de Kurigram et Gaibanda au nord du Bangladesh.

Les importantes inondations de juillet 2019 ont submergé les Centres de santé de GK dans les districts de Kurigram et Gaibanda au nord du Bangladesh.

Des équipes médicales de GK ont été envoyées en urgence pour porter secours et soins primaires aux populations sinistrées.

GK produit, en outre, des blocs de nourriture pour le bétail afin que les fermiers ne perdent pas leurs animaux faute de pouvoir les nourrir. Ils constituent en général leur seul bien.

Le Comité Français de Soutien apporte une aide financière à cette production.


test

Frontière Inde-Bangladesh

Sept Bangladais sont morts entre janvier et mars 2019 des tirs des “Borders Security Forces” indiennes.

Sept Bangladais sont morts entre janvier et mars 2019 des tirs des “Borders Security Forces” indiennes.

Depuis 1993, un mur séparant les deux pays couvre 80% des 4095 kms de la frontière. “Il est devenu, en plus de 25 ans, le théâtre de multiples exactions et violations des droits de l’homme”.

Ces informations sont tirées d’un article paru dans la revue de l’ACAT, une ONG de lutte contre la torture et la peine de mort :


test
L'agriculture

3000 jardins familiaux sur 3 ans

Entre 2017 et 2020, ce programme vise à améliorer l’alimentation et la santé de 3 000 familles habitant les communautés pauvres les plus affectées par les cyclones. Il est mis en oeuvre autour de Barguna, dans la région des Sundarbans. Après organisation de coopératives, constituées majoritairement de femmes, le projet prévoit la fourniture de semences […]

Entre 2017 et 2020, ce programme vise à améliorer l’alimentation et la santé de 3 000 familles habitant les communautés pauvres les plus affectées par les cyclones. Il est mis en oeuvre autour de Barguna, dans la région des Sundarbans.

Après organisation de coopératives, constituées majoritairement de femmes, le projet prévoit la fourniture de semences adaptées au climat et à la salinité des sols, la création de parcelles de démonstration, de 24 pépinières, de mares empoissonnées et de 600 fosses pour la production de vermi-compost. Les fermiers volontaires participant au programme pourront ainsi augmenter leur savoir-faire et leurs revenus.

Une partie des bénéfices servira à la redistribution vers de nouveaux bénéficiaires.

Le projet est animé par les jeunes techniciens agricoles de GK qui assurent la formation et le suivi des acteurs sur le terrain et leur montrent comment se passer de tout produit phytosanitaire.

Ce programme bénéficie d’une contribution de la fondation Suez.


test
Les Rohingyas

Soutien de GK aux Rohingyas

Le soutien de l’ONG GK Savar en faveur des Rohingyas ayant fui le Myanmar se poursuit depuis août 2017. L’ONG travaille en collaboration avec le Haut Commissariat pour les Réfugiés des Nations Unies et avec Malteser International dans les camps de réfugiés près de Cox’s Bazar.

Le soutien de l’ONG GK Savar en faveur des Rohingyas ayant fui le Myanmar se poursuit depuis août 2017. L’ONG travaille en collaboration avec le Haut Commissariat pour les Réfugiés des Nations Unies et avec Malteser International dans les camps de réfugiés près de Cox’s Bazar.

Avec ses paramédics, GK y assure une aide médicale importante et variée : PMI, planning familial, consultations générales et psychologiques, éducation à l’hygiène, à une alimentation adaptée aux enfants.

Les besoins humanitaires sont toujours très importants. La situation économique se dégrade dans cette région où 500 000 Bangladais y subissent l’impact socio-économique et environnemental lié à l’afflux de ce million de réfugiés. Rappelons, qu’avec plus de 1000 habitants au km2, le Bangladesh est l’un des pays les plus densément peuplés au monde.


test
L'eau et l'assainissement

80 unités de production d’eau potable et 300 latrines

Près des Sundarbans au sud du Bangladesh, l’accès à l’eau potable est un problème majeur en raison des tempêtes, cyclones et de l’élévation du niveau de la mer. L’eau des mares (ponds), principale ressource en eau douce près des habitations, devient potable grâce à des installations de filtres à sable ou PSF.

Près des Sundarbans au sud du Bangladesh, l’accès à l’eau potable est un problème majeur en raison des tempêtes, cyclones et de l’élévation du niveau de la mer. L’eau des mares (ponds), principale ressource en eau douce près des habitations, devient potable grâce à des installations de filtres à sable ou PSF.

Contributions CFS 2017-2020 : Succédant à un programme de 30 PSF, un nouveau programme triennal de 139 k€ est en cours pour la réalisation de 80 PSF et de 300 latrines, avec l’aide de subventions publiques et de dons privés : Ville de Paris, Conseil départemental du Cher, Région Centre et Agence de l’eau Loire Bretagne, Antenne du Cher. Le volet formation à l’hygiène des femmes et des enfants y tient une place primordiale.