Parmi toutes les actions en cours de GK Savar au Bangladesh, découvrez celles que le Comité (CFS) a pu soutenir grâce à vos dons. Consultez les actualités du Bangladesh et retrouvez les informations du Comité et de ses antennes.

test
Antenne de Saint-Mathurin

Festival des Solidarités

Rendez-vous à St Mathurin sur Loire le 25 novembre 2021 pour la 13ème édition du Festival des Solidarités.

Rendez-vous à St Mathurin sur Loire le 25 novembre 2021 pour la 13ème édition du Festival des Solidarités.

Cette journée est organisée par le collectif d’associations de solidarité de Loire-Authion dont fait partie l’antenne du Comité de Soutien à GK Savar de St Mathurin.

L’association recevra dans la journée les élèves de CE2 et CM (97 enfants) des deux écoles.

Suivront un concert et une conférence sur le thème « Nourrir l’humanité ».

Entrées libres.


test
Comité Français

Classe d’eau

Dans le cadre d’une « classe d’eau », le président du Comité a réalisé le 9 juin 2021 une intervention auprès d’enfants de deux classes de CE1 de l’école Charles Hermite (Paris 18ème), en Education Prioritaire.

Dans le cadre d’une « classe d’eau », le président du Comité a réalisé le 9 juin 2021 une intervention auprès d’enfants de deux classes de CE1 de l’école Charles Hermite (Paris 18ème), en Education Prioritaire.

Cette séance était destinée à faire comprendre aux enfants à quel point l’eau est indispensable à la vie mais très mal répartie sur la terre et pourquoi il faut en prendre soin. Ils ont ainsi découvert le cycle de l’eau, les problèmes liés à l’eau douce et appris à faire le lien entre ce qui se passe ailleurs dans le monde et ici, chez nous.

Un petit reportage sur les filtres à sable construits par GK Savar au Bangladesh, avec les populations des villages, leur a fait voir les difficultés pour obtenir de l’eau potable dans le delta du Gange, la charge de travail des femmes qui doivent porter cette eau jusqu’à la maison et les problèmes sanitaires liés au manque d’eau potable.

La comparaison a été faite avec nos conditions de vie. Les enfants ont noté leur chance d’avoir de l’eau potable au robinet et la nécessité de ne pas gaspiller ni polluer l’eau.

Vous pouvez visionner le petit film vu par les enfants, à la fin de l’article « 83 unités de production d’eau potable et 310 latrines » dans les Actions en cours des Actualités


test
Comité Français

Rapport du Comité

Mai 2021. Le rapport semestriel du Comité de soutien à GK Savar vient de paraître.

Mai 2021. Le rapport semestriel du Comité de soutien à GK Savar vient de paraître.

Au cours d’une visioconférence avec son directeur, le Dr Kadir, nous avons recueilli des nouvelles récentes de GK et de la poursuite de ses actions sur le terrain. Voici les différents sujets abordés dans ce rapport :

La situation sanitaire au Bangladesh et la participation de l’ONG à la lutte contre la pandémie de Covid 19.

Une nouvelle initiative de GK pour atteindre les populations des régions isolées et sans infrastructures médicales : la télémédecine.

GK solidaire des communautés les plus vulnérables.

Soutien alimentaire aux populations privées de ressources par la pandémie.

Relocalisation des réfugiés Rohingyas sur l’île de Bhasan Char et aide médicale d’urgence apportée par GK.

N’hésitez pas à transmettre ce rapport à vos amis. Merci de votre solidarité.


test
Antenne du Cher

Trophée de l’Eau

Un Trophée de l’Eau a été attribué au Comité du Cher pour la construction de filtres à sable.

Un Trophée de l’Eau a été attribué au Comité du Cher pour la construction de filtres à sable.

Tous les deux ans, l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne attribue les « Trophées de l’Eau » aux meilleurs projets de protection et de valorisation de la ressource en eau.

Ces trophées récompensent des opérations exemplaires auxquelles elle a apporté son concours financier. Il s’agit de projets situés, en priorité, dans le bassin Loire-Bretagne ainsi que des actions de solidarité internationale.

Cette année, le prix « Accès à l’eau et à l’assainissement » a été décerné au Comité de soutien du Cher à l’ONG GK Savar. Il récompense le programme d’installation de 83 filtres à sable (PSF), sur trois ans, qui a permis de fournir de l’eau potable et de construire des latrines pour une population de 16 000 habitants.

Dans la région des Sundarbans, au bord du Golfe du Bengale, l’accès à l’eau potable est un problème majeur, en raison des inondations, cyclones et de la salinisation des terres. Grâce à la création de coopératives d’agriculteurs et à la construction de PSF et de latrines, GK a contribué, depuis 2012, à l’amélioration de la santé et des conditions de vie de ces populations rurales isolées. Celles-ci deviennent, avec l’ONG, co-responsables de l’accès à l’eau potable.

Les femmes, en particulier, bénéficient de ces programmes car, ainsi elles sont libérées, en partie, de la « corvée d’eau » très pénible. Et, surtout, les conditions sanitaires sont grandement améliorées, avec la quasi disparition des maladies transmises par l’eau de boisson, notamment les diarrhées.


test
Les Rohingyas

Les réfugiés Rohingyas

Près de Cox’s Bazar, sur le plus grand site de réfugiés et le plus surpeuplé au monde, les conditions de vie des Rohingyas qui ont fui le Myanmar sont de plus en plus difficiles

Près de Cox’s Bazar, sur le plus grand site de réfugiés et le plus surpeuplé au monde, les conditions de vie des Rohingyas qui ont fui le Myanmar sont de plus en plus difficiles : « verrouillage » des camps pour lutter contre le Covid 19, problèmes de malnutrition dus aux manques de ressources des réfugiés.

Le 22 mars 2021, un énorme incendie a provoqué la mort de 11 personnes, endommagé plus de 10 000 abris, obligeant ainsi le déplacement de 48 300 personnes. Les secours du gouvernement et des ONG se sont rapidement mis en place pour apporter nourriture, nouveaux abris et assistance médicale. L’urgence est à la reconstruction car la période de mousson débute fin mai.

Dans la région, la pression des réfugiés est très forte par rapport à la population locale. 500 000 bangladais subissent l’impact socio-économique et environnemental lié à l’afflux du million de réfugiés, ce qui provoque des tensions.

Le gouvernement a prévu le déplacement de 100 000 Rohingyas sur Bhasan Char, une île du Golfe du Bengale située à 60 kms du continent. La marine bangladaise y a construit immeubles collectifs, dispensaires, écoles, mosquées, abris anti-cycloniques et une digue périphérique de trois mètres de haut pour protéger des inondations. Les réactions des Rohingyas déplacés sont plutôt positives car ils habitent maintenant des bâtiments en béton et non plus en bambou et boue où ils vivaient depuis trois ans et semblent pouvoir y pratiquer des activités telles que la pêche, le jardinage ou l’élevage de poules. Des ONG locales, dont GK notamment, fournissent les soins de santé de base. Mi-avril, Bhasan Char accueille déjà  18 000 Rohingyas.

Cependant, leur avenir demeure toujours incertain et ces solutions temporaires montrent l’échec de la communauté internationale à apporter une solution à long terme à la situation des Rohingyas.


test
Les Rohingyas

GK toujours présent auprès des Rohingyas

Depuis août 2017, GK est toujours présent dans les camps de réfugiés Rohingyas du sud du Bangladesh.

Depuis août 2017, GK est toujours présent dans les camps de réfugiés Rohingyas du sud du Bangladesh.

Dans ces Centres de Santé soutenus par le HCR et Malteser International, il assure, avec ses équipes, un soutien médical indispensable : PMI, planning familial, consultations générales et psychologiques, éducation à l’hygiène et à une alimentation adaptée aux enfants. Toutes ces tâches s’avèrent compliquées par la pandémie de Covid 19.

En décembre 2020, le gouvernement bangladais a débuté une opération de relocalisation de Rohingyas sur l’île de Bhasan Char : plus de 18 000 y habitent en avril 2021. Pour soigner les réfugiés sur cette île isolée du Golfe du Bengale, GK a dû envoyer des membres de son personnel : un docteur, trois paramédics, une sage-femme, un physiothérapeute, un manager. Mais bientôt, un plus grand nombre de soignants sera nécessaire car le gouvernement compte déplacer 100 000 Rohingyas sur l’île. De grosses précautions ont été prises en raison de la pandémie de Covid 19.

Suite à leurs visites, les Nations Unies et des ONG internationales ont donné des avis favorables aux installations construites en dur mais n’ont pas encore apporté de soutiens logistiques ou financiers. GK espère que leur aide ne tardera pas, car l’ONG se trouve dans une situation financière très difficile.


test
La santé

Centres de Santé dans les Chars

Depuis 2004, GK fournit des soins de santé primaire aux habitants des « chars » grâce à ses Centres de Santé situés sur ces îles temporaires. Un nouveau plan d’aide est prévu pour les années 2021-2023.

Depuis 2004, GK fournit des soins de santé primaire aux habitants des « chars » grâce à ses Centres de Santé situés sur ces îles temporaires. Un nouveau plan d’aide est prévu pour les années 2021-2023.

Dans cette région des grands fleuves du nord du pays, 60% de la population vit sous le seuil de pauvreté, souffre de malnutrition, en particulier les femmes et les enfants et manque de soins de santé. Ces conditions de vie constituent une grave menace pour l’avenir des habitants.

Six Centres de Santé des districts de Gaibandha, Kurigram et Dinajpur ainsi que l’hôpital référent de Gaibandha ont besoin d’aide pour maintenir leurs services qui couvrent 28 512 familles de 5 personnes, en moyenne.

Les objectifs de ce programme sur trois ans sont :

-maintenir ouverts 7 jours sur 7 et 24h sur 24 les centres de santé avec fourniture des médicaments prescrits ;

-réduire la mortalité maternelle et infantile, due en partie aux mariages précoces des filles, résultant de la pauvreté et de l’insécurité ;

-augmenter les taux de vaccination très faibles dans la région ;

-poursuivre les visites faites de porte à porte par les paramédics auprès des malades isolés, et des femmes enceintes ;

-participer au planning familial en lien avec les instances du gouvernement ;

-sensibiliser les habitants et les écoliers à l’hygiène et aux premiers soins de santé par des réunions dans les villages et les écoles ;

-assurer la formation et le perfectionnement des paramédics et des TBA (sages- femmes traditionnelles) vivant sur place ;

-organiser, avec les collaborateurs locaux, les camps médicaux spécialisés qui ont lieu tous les six mois, avec la participation des médecins de l’hôpital de Savar.

Chaque année, des habitants des « chars » perdent leurs maisons, récoltes, bétail, en raison des inondations de mousson, de l’érosion des sols et de la disparition des terres. GK espère poursuivre son action humanitaire autant qu’il en aura les moyens.

Le CFS soutient ce programme.


test
La santé

La télémédecine

Un projet pilote de télémédecine est lancé par GK dans les « chars » des districts de Kurigram, Gaibandha et Dinajpur, au nord du Bangladesh.

Un projet pilote de télémédecine est lancé par GK dans les « chars » des districts de Kurigram, Gaibandha et Dinajpur, au nord du Bangladesh.

Le but est de permettre un meilleur accès à la santé pour les populations très pauvres et isolées de ces îles éphémères privées de tout infrastructure.

Les Centres de santé implantés par GK dans les chars et gérés par des paramédics fournissent les soins de santé primaire mais n’ont pas de médecins sur place en permanence. Grâce à la télémédecine, les patients peuvent bénéficier, avec la contribution des paramédics présents à leurs côtés, d’une consultation à distance avec un médecin ou un spécialiste basé à Savar.

Cette formule réduit les coûts et les temps de transports difficiles dans cette région des grands fleuves, autant pour les médecins que pour les patients. Elle permet, en outre, aux paramédics d’avoir des contacts réguliers avec le corps médical des hôpitaux de GK et de perfectionner leurs pratiques de soins.

La mise en place de ce service répond à un objectif majeur de GK qui est d’offrir aux plus pauvres une qualité de soins égale à celle des plus riches.


test
L'agriculture

Microcrédit dans les Chars pour une agriculture durable

GK organise ce programme de microcrédit depuis 2006 pour soutenir les habitants des îles des Chars qui perdent régulièrement leur terre avec les inondations récurrentes.

GK a débuté ce programme de microcrédit depuis 2006 pour soutenir les habitants des Chars – ces îles temporaires qui s’égrènent dans le lit des fleuves Jamuna, Gange et Meghna dans le nord du pays – qui perdent régulièrement leur terre avec les inondations récurrentes.

Suite à celles de 2020, aggravées par l’arrivée de la Covid 19, le bureau qui distribuait les microcrédits a dû fermer en mars dans ces îles.

Afin de reprendre l’activité, le projet veut regrouper 400 agriculteurs répartis en groupes de 20, en leur apportant une assistance financière de 3000 Tk (un peu plus de 30 €) chacun pour acheter des semences et des engrais, ainsi qu’un fonds de secours de 1000 Tk à la suite des inondations. Une formation leur sera dispensée sur les techniques agricoles, ainsi qu’une assistance pour s’organiser entre eux et améliorer leur travail en commun.

Le but est d’apporter une autosuffisance alimentaire à 400 familles pauvres ou très pauvres réparties dans 9 îles différentes.

GK a toujours été présent après chaque inondation pour aider les habitants des Chars à retrouver un minimum de vie, pour s’alimenter, se soigner et éduquer les enfants. Avec ce programme, il confirme sa mission si nécessaire, entre les catastrophes climatiques et l’arrivée de la Covid 19.

Son montant s’élève à 20 000 € sur deux ans.


test
Les urgences

Activités de GK

Voici la traduction de la réponse du Docteur Kadir, coordonnateur des activités de GK, à nos interrogations sur la survenue du cyclone Amphan en pleine pandémie de la COVID-19.

Voici la traduction de la réponse du Docteur Kadir, coordonnateur des activités de GK, à nos interrogations sur la survenue du cyclone Amphan en pleine pandémie de la COVID-19.

Chers tous

J’espère que vos proches et vous tous êtes en bonne santé. Ici quelques-uns de nos docteurs de l’hôpital Nagar ont contracté le coronavirus et sont maintenant soignés. Mais tous vont bien.
Les cas positifs et les morts augmentent chaque jour au Bangladesh, ce qui aggrave la panique parmi la population.
Il y a deux semaines, beaucoup d’usines ont rouvert et beaucoup d’ouvriers sont revenus des régions du pays vers Dhaka, sans mesures de protection et maintenant, les ouvriers sont repartis chez eux.
Le gouvernement ne prend pas de position ferme pour le maintien du confinement et les gens, c’est compréhensible, ont besoin de travailler pour gagner de quoi vivre et les usines ont besoin d’ouvrir pour l’économie, mais à quel prix ?

Tous nos centres de santé sont ouverts avec les précautions nécessaires. Le service de dialyse est en pleine activité. Il y a là aussi des risques de contamination. Comme la plupart des hôpitaux sont réticents à procurer ces services ou ne les assurent plus, c’est le mandat de GK de continuer.
Le programme d’assistance alimentaire continue. Ce premier mois, nous avons distribué 15 000 colis alimentaires à 15 000 familles. Notre colis est le plus gros distribué et le plus varié.
Le test rapide mis au point par GK attend toujours d’être approuvé. Nous prenons des dispositions pour une production de masse.

Le cyclone Amphan s’éloigne lentement en laissant beaucoup de dommages et quelques morts. C’est encore une fois les Sundarbans qui sauvent le Bangladesh ! Le choc principal était au Bengale occidental en Inde où il y a eu beaucoup de dégâts et de morts.
Nos équipes qui travaillent dans cette région côtière sont OK, ainsi que les bénéficiaires de nos programmes. Notre unité locale enquête aussi sur les dégâts. Nous verrons quelles mesures prendre dans ces régions sinistrées.

Nous sommes très reconnaissants de votre sollicitude pour GK et pour le Bangladesh. Nous attendons un nouveau soleil pour demain.


test
La santé

Formation de paramédics et sages-femmes

Le Comité français soutient deux nouveaux programmes de formation de paramédics et de sages-femmes traditionnelles (TBA) de juillet 2020 à décembre 2021.

Le Comité français soutient deux nouveaux programmes de formation de paramédics et de sages-femmes traditionnelles (TBA) de juillet 2020 à décembre 2021.

120 jeunes suivent quatre mois de formation en soins de santé primaire. Ces nouveaux paramédics travaillent ensuite, pendant deux ans, sous la supervision directe d’une paramédic senior dans les Centres de santé de GK. Les expériences et problèmes sont partagés le soir avec le médecin superviseur.

Après deux ans, 20 d’entre elles et eux suivent un perfectionnement pendant six mois dans différentes spécialités. Cette professionnalisation permet à beaucoup de jeunes filles, en particulier, d’éviter les mariages précoces et d’acquérir de l’autonomie.

Le deuxième programme concerne les sages-femmes traditionnelles (TBA) habitantes des petits villages qui assurent la majorité des accouchements à domicile dans les campagnes. Ces femmes plus âgées ont déjà une grande expérience, mais GK complète leur formation en anatomie, en mesures d’hygiène, d’assistance aux mères et aux nouveau-nés. 200 TBA suivront des stages de cinq jours et 300 autres bénéficieront d’une journée de perfectionnement. A la fin du stage, chaque TBA reçoit un équipement de base.

GK a fait le choix de s’appuyer sur ces « matrones » qui connaissent parfaitement leurs villages et jouissent d’une autorité « naturelle », plutôt que d’inciter les mères à se rendre dans les cliniques privées où c’est trop souvent le profit qui préside, ce que l’on constate en particulier avec le recours à la césarienne bien plus fréquent que dans les autres pays.


test
Les urgences

Aide alimentaire

Outre un travail sanitaire et de prévention, GK Savar se mobilise pour apporter une aide alimentaire à des milliers de familles très pauvres. Elles se trouvent sans ressources en raison du confinement rendu obligatoire par la pandémie de coronavirus.

Outre un travail sanitaire et de prévention, GK Savar se mobilise pour apporter une aide alimentaire à des milliers de familles très pauvres. Elles se trouvent sans ressources en raison du confinement rendu obligatoire par la pandémie de coronavirus.

Au Bangladesh, la majorité des travailleurs sont des journaliers payés à la tâche. Ils nourrissent leurs familles avec ce qu’ils ont gagné dans la journée. La situation devient dramatique pour eux, surtout dans les villes.

Fort de son expérience et de son efficacité dans les situations de crise, GK met tous ses moyens en oeuvre pour venir en aide à ces populations.
A Dhaka, l’ONG a déjà fait don de 2000 colis alimentaires à des familles très défavorisées et souhaite poursuivre son action autant qu’elle le pourra.

GK manque de moyens financiers, c’est pourquoi nous faisons appel à votre solidarité pour les soutenir. Ils ont besoin de vos dons.

Voir quelques détails sur la situation sociale au Bangladesh dans la rubrique des « Actualités du Bangladesh »


test
Catastrophes naturelles

Changement climatique

Regardez, avec les liens ci-dessous, deux documentaires sur le changement climatique réalisés au Bangladesh par « Youth on the move ». Cette ONG regroupe de jeunes étudiants et professionnels à la recherche de solutions innovantes face au changement climatique.

Regardez, avec les liens ci-dessous, deux documentaires sur le changement climatique réalisés au Bangladesh par « Youth on the move ». Cette ONG regroupe de jeunes étudiants et professionnels à la recherche de solutions innovantes face au changement climatique.

Le Bangladesh est en première ligne face au réchauffement climatique. Il est constitué d’une grande plaine alluviale à 80% en-dessous de 10 mètres d’altitude.

Au nord, les eaux provenant de l’Himalaya inondent le pays chaque année au moment de la mousson. Au sud, la mangrove, barrière naturelle, est en danger en raison de la montée des eaux et de l’exploitation du charbon. La salinisation des eaux détruit les récoltes.

En 2050, 20% du pays pourrait être sous les eaux forçant plus de 15 millions d’habitants à se déplacer.


test
L'agriculture

3000 jardins familiaux sur 3 ans

Entre 2017 et 2020, ce programme vise à améliorer l’alimentation et la santé de 3 000 familles habitant les communautés pauvres les plus affectées par les cyclones. Il est mis en oeuvre autour de Barguna, dans la région des Sundarbans. Après organisation de coopératives, constituées majoritairement de femmes, le projet prévoit la fourniture de semences […]

Entre 2017 et 2020, ce programme vise à améliorer l’alimentation et la santé de 3 000 familles habitant les communautés pauvres les plus affectées par les cyclones. Il est mis en oeuvre autour de Barguna, dans la région des Sundarbans.

Après organisation de coopératives, constituées majoritairement de femmes, le projet prévoit la fourniture de semences adaptées au climat et à la salinité des sols, la création de parcelles de démonstration, de 24 pépinières, de mares empoissonnées et de 600 fosses pour la production de vermi-compost. Les fermiers volontaires participant au programme pourront ainsi augmenter leur savoir-faire et leurs revenus.

Une partie des bénéfices servira à la redistribution vers de nouveaux bénéficiaires.

Le projet est animé par les jeunes techniciens agricoles de GK qui assurent la formation et le suivi des acteurs sur le terrain et leur montrent comment se passer de tout produit phytosanitaire.

Ce programme bénéficie d’une contribution de la fondation Suez.


test
L'eau et l'assainissement

83 unités de production d’eau potable et 310 latrines

Près des Sundarbans au sud du Bangladesh, l’accès à l’eau potable est un problème majeur en raison des tempêtes, cyclones et de l’élévation du niveau de la mer. L’eau des mares (ponds), principale ressource en eau douce près des habitations, devient potable grâce à des installations de filtres à sable ou PSF.

Près des Sundarbans au sud du Bangladesh, l’accès à l’eau potable est un problème majeur en raison des tempêtes, cyclones et de l’élévation du niveau de la mer. L’eau des mares (ponds), principale ressource en eau douce près des habitations, devient potable grâce à des installations de filtres à sable ou PSF.

Entre 2017 et 2020, le Comité Français a soutenu la réalisation de 83 PSF et de 310 latrines, avec l’aide de subventions publiques et de dons privés : Ville de Paris, Conseil départemental du Cher, Région Centre et Agence de l’eau Loire Bretagne, Antenne du Cher. 

De plus, GK a organisé des formations à l’entretien des équipements pour les bénéficiaires et aussi des cours d’hygiène de base dans 12 écoles pour 1100 écoliers


test
La santé

Sida/VIH prévention

Depuis trois ans, GK organise un travail de prévention, dépistage et traitement du Sida/VIH et des IST auprès des communautés de prostituées, travailleurs, étudiants. Il réalise ce programme à Daulotdia, carrefour de transports routiers, ferroviaires et fluviaux.

Depuis trois ans, GK organise un travail de prévention, dépistage et traitement du Sida/VIH et des IST auprès des communautés de prostituées, travailleurs, étudiants. Il réalise ce programme à Daulotdia, carrefour de transports routiers, ferroviaires et fluviaux.

Une extension de ce projet est lancée à Faridpur pour les années 2021 à 2023 dans les mêmes conditions et avec les mêmes objectifs : rompre le silence autour des problèmes liés au VIH, sensibiliser les groupes ciblés à risque, prévenir la propagation du virus, et déclencher une modification du comportement de la communauté locale.

Distributions de préservatifs, de livrets de “prise de conscience”, fourniture de tests de dépistage, affichages de posters, réunions de formation, ateliers avec des prostituées, communications individuelles, toutes ces actions de prévention faites par le personnel de GK et les “paires”, anciennes prostituées recrutées et formées, sont gratuites.

Pour compléter cette action, ainsi que les services de base qu’il assure dans ses Centres de santé ouverts à tous, GK travaille à l’amélioration des conditions de vie des enfants des prostituées, ostracisés par la société.

Ces programmes, pris en charge par l’Antenne du Cher, bénéficient d’une importante subvention de la Ville de Paris.


test
Les urgences

Covid 19

Relativement épargné par la première vague de covid 19, le Bangladesh subit plus durement une deuxième vague depuis mars 2021. Un confinement a débuté le 5 avril et se poursuit encore début mai.

Relativement épargné par la première vague de covid 19, le Bangladesh subit plus durement une deuxième vague depuis mars 2021. Un confinement a débuté le 5 avril et se poursuit encore début mai.

GK est toujours très impliqué dans la lutte contre la pandémie dans ses hôpitaux à Savar et Dhaka et dans ses 30 centres de santé publique répartis dans le pays auprès des populations très pauvres. Beaucoup de membres de son personnel médical ont contracté la Covid 19 de façon plus ou moins sévère.

A Dhaka, dans l’hôpital de GK, un étage est réservé pour les malades Covid, mais il arrive à saturation.

Le Dr Zafrullah, fondateur de GK, se remet petit à petit de la Covid 19 qui l’avait très fortement touché. Il se bat sur tous les fronts pour promouvoir un meilleur système de santé dans le pays. Il a notamment pointé du doigt le gouvernement qui n’a pas approuvé les kits de dépistage d’immunité rapide et bon marché conçus par GK, mais qui a, en revanche, autorisé des importations « à des fins commerciales ».

C’est le gouvernement qui a la charge des tests de dépistage mais ils ne sont pas répandus dans tout le pays. La vaccination qui a débuté fin janvier 2021 est destinée pour le moment aux personnes âgées de plus de 40 ans. Mi-avril, 2 millions de personnes ont été vaccinées.

Fort heureusement et sans doute en raison de leur fermeture, la pandémie touche moins les camps de réfugiés Rohingyas.

Grâce à vos dons, Le Comité de Soutien a participé financièrement à l’équipement des personnels de santé de GK et à la distribution de colis alimentaires aux familles pauvres et très pauvres suivies par GK.


test
La santé

Camps médicaux spécialisés

GK organise régulièrement, dans les zones rurales, des camps médicaux spécialisés pour les populations délaissées en matière de santé :

GK organise régulièrement, dans les zones rurales, des camps médicaux spécialisés pour les populations délaissées en matière de santé :

-à Naodhar, dans la région reculée de Sylhet au nord-est du Bangladesh

-à Charfassion, île du Golfe du Bengale au sud du pays

Ces « hôpitaux de campagne » sont organisés en lien avec les responsables locaux et annoncés par affichage. Beaucoup de personnes viennent de zones rurales parfois très éloignées.

Au cours d’une première journée, les patients sont orientés vers différentes consultations et analyses biologiques à moindre coût. Les médicaments sont dispensés immédiatement à prix coûtant.

En cas de pathologies plus graves, ils sont déplacés vers un Centre de santé proche qui comprend un bloc opératoire de petite chirurgie. Là, un groupe de spécialistes venus, avec le matériel technique nécessaire, des hôpitaux de GK de Savar et Dhaka pratiquent des opérations de toutes spécialités pendant 2 à 7 jours.

Outre les soins apportés, GK réalise auprès des patients un travail de sensibilisation à l’hygiène, la nutrition, l’assainissement. Cette organisation très rigoureuse permet une couverture de santé à prix accessible aux plus pauvres.

Par ces actions, l’objectif de GK est aussi de plaider, auprès du gouvernement et des professionnels du secteur, en faveur d’une couverture de santé universelle qui ne laisserait pas les défavorisés privés de soins médicaux.

Après avoir financé partiellement les camps spécialisés de Naodhar, le CFS soutient jusqu’en août 2022 un nouveau programme de camps médicaux à Charfassion. Une équipe de 56 médecins, spécialistes et paramédics se déplacera dix fois par an.


test
Les urgences

Attaque d’un village hindou

Un village hindou du nord-est du Bangladesh, Noagoan, dans la province de Sylhet, a subi une attaque de la part de musulmans le 17 mars 2021.

Un village hindou du nord-est du Bangladesh, Noagoan, dans la province de Sylhet, a subi une attaque de la part de musulmans le 17 mars 2021. La société civile a réagi car ce genre d’attaque ciblant une communauté est inhabituel dans le pays. Il s’agit d’un village éloigné, privé de tout équipement moderne, très pauvre et très peu éduqué.

Au Bangladesh, pays en grande majorité musulman, GK a toujours fait preuve d’une très grande tolérance religieuse. Parmi ses employés, la proportion de personnes hindoues est plus importante que dans la population du pays.

Le fondateur de GK, Zafrullah Chowdhury, malgré son mauvais état de santé, s’est rendu dans cette région très reculée pour exprimer sa solidarité. Le Dr Kadir, président de GK, a constaté la très mauvaise situation sanitaire des habitants du village qui semblent n’avoir jamais vu un médecin diplômé de leur vie. Ils ont décidé d’y organiser un camp médical lorsque la situation se sera améliorée.

La mission que s’est donnée l’ONG est d’être sur le terrain avec les personnes vulnérables « même avec des ressources limitées. C’est ce qui rend GK différent ».


test
La formation

Fonctionnement de trois écoles des Chars

Dans les îles éphémères de la Jamuna, appelées Chars, c’est le fleuve qui fait et défait chaque année la vie des habitants. Ils risquent de perdre leur maison ainsi que leurs maigres possibilités de ressources à chaque mousson et l’école aussi peut partir à l’eau. A Kolakata, Jhanjahir et Austo Ashir où il a créé […]

Dans les îles éphémères de la Jamuna, appelées Chars, c’est le fleuve qui fait et défait chaque année la vie des habitants. Ils risquent de perdre leur maison ainsi que leurs maigres possibilités de ressources à chaque mousson et l’école aussi peut partir à l’eau.

A Kolakata, Jhanjahir et Austo Ashir où il a créé des centres intégrés regroupant dans une même structure école élémentaire, centre de santé primaire et service de prêts saisonniers, GK s’efforce de garantir la scolarisation de 400 enfants, en fournissant du matériel et en assurant salaires et compléments de formations pour huit enseignants.
Le Comité apporte une nouvelle contribution financière à ce programme pour l’année en cours.